Global menu

Our global pages

Close

International arbitration Africa style

  • Africa
  • International arbitration
  • Diversified industrials

06-05-2015

International arbitration Africa style

By Dr Stuart Dutson, Lucy Webster and Timothy Smith

Arbitration is fast becoming the dispute mechanism of choice in Africa, says Dr Stuart Dutson, Lucy Webster and Timothy Smith.

Arbitration is fast becoming the dispute mechanism of choice in Africa, says Dr Stuart Dutson, Lucy Webster and Timothy Smith of Eversheds.

Economic advances in Africa have come at an astonishing pace in recent years. According to the IMF, four of the six fastest growing economies in the world in 2014 will be in Sub-Saharan Africa. Foreign direct investment has also increased dramatically over the last decade, from US$11Bn in 2002 to over US$ 56.3Bn in 2013. Excluding Libya, Africa’s growth is projected to accelerate to 5.3 per cent in 2014. Drivers for growth include oil production, mining, agriculture, services and domestic demand.

Africa’s vast linguistic and jurisdictional diversity can seem challenging to those looking to invest. The law in Africa is a diverse mix of common, civil, customary and religious law; Common law being the system of judge made case law, whereas Civil law being the codified collection of written statutes. Religious and customary laws play a large part in African society, and are only law to the extent that they are recognized by the state. Alongside the manifold legal framework, there are over 700 (known) languages in Africa, but working languages include English, Arabic, Portuguese and French.

Efficient way to resolve disputes

As Africa has developed economically, so too has the demand for effective and efficient means to resolve disputes between contracting parties and to protect investments. This article explores some of the main considerations regarding dispute resolution for parties doing business in Africa and focuses particularly on the growing use of arbitration, which is fast becoming the dispute resolution mechanism of choice across the continent.

Litigation or Arbitration?

A major factor in the rise of arbitration in Africa is the general reluctance of foreign investors to submit disputes to the local courts of an African country. Largely, the concerns are:

  • Lack of impartiality – will a particular African court favour the interests of a party from that same country, or an entity owned by that state, over those of a foreign investor?
  • Corruption – is this sufficiently guarded against in the local courts? This is a particular concern where investors are subject to onerous, far-reaching legislation from their own State, for example the UK Bribery Act 2010 or the USA’s Foreign Corrupt Practices Act 1977, whilst local parties are not subject to such rigorous anti-corruption regimes.
  • Political instability and civil unrest – what will be the effect of any instability on court proceedings?
  • Length of proceedings – in Nigeria for instance, cases can take up to 10 years to get through the commercial courts.

Arbitration on the other hand offers a number of advantages:

  • Relative ease of enforcement internationally under the New York Convention on the Recognition and Enforcement of Foreign Arbitral Awards (the “New York Convention”) and other international instruments.
  • Perceived neutrality of arbitrators and the arbitral process.
  • Control over the process – parties can, for instance, often select their own arbitrators to hear the dispute and dictate the procedures to be employed.
  • Minimised involvement of local courts, which can only be invoked in specific circumstances under the relevant arbitral law being used.
  • Parties can choose a neutral or familiar law or set of rules to govern their arbitration, which may also take into account public international law principles.

For all these reasons, international arbitration is becoming the preferred dispute resolution mechanism for international parties doing business in Africa.

Practical considerations for arbitration in Africa

Choice of seat

A fundamental choice that contracting parties must make in relation to arbitration at the outset is where the seat of that arbitration will be, i.e. which country’s laws will govern the procedure of the arbitration and which country’s courts will oversee it.

There are a number of reasons why parties might choose a seat in an African jurisdiction. It may for instance be more cost effective to resolve disputes close to where the parties are doing business, particularly if there are likely to be many witnesses based there, or an African party may insist that an arbitration is seated in Africa. However, it should be borne in mind that, despite the growth of arbitration across Africa, some African states have been slow to adopt modern arbitration legislation. Accordingly, it is vital that parties weigh up the options carefully before choosing a seat, taking account of all the circumstances. Some of the key questions to ask are as follows.

Should the seat of the arbitration be the country where the parties are doing business?

There is some advantage to selecting the country where the parties are doing business as the seat of the arbitration. For instance, the relevant witnesses may be based in that country, therefore making managing any proceedings logistically easier and more cost-effective than if witnesses were required to travel oversees to provide their evidence. It is also the jurisdiction in which most relevant documents are likely to be located, thus avoiding potential complications around removing those documents from that country. Conversely, having an arbitration seated in an African party’s home state carries the risk in some jurisdictions that the local courts will favour the local entity when ancillary relief is sought. In addition, because arbitration is relatively new to some jurisdictions, the local courts may not be as favourable towards the arbitral process as others, and may seek to hinder it. If this is perceived to the case, a compromise might be still to seat the arbitration in Africa, but in a neutral jurisdiction instead.

What is the applicable arbitral law in the African state?

A key issue in determining the applicable arbitral law is what, if any, arbitration law is in force in the country of seat. An international investor may for instance prefer a state whose arbitration law follows the international norms to which there are accustomed, for example, the United Nations Commission on International Trade Law (“UNCITRAL”) Model Law on International Commercial Arbitration (the “Model Law”), or the Uniform Act adopted by members of the Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (“OHADA”).

(i) The UNCITRAL Model Arbitration Law

The Model Law is a standard arbitration law prepared and adopted by UNCITRAL that seeks to harmonise arbitration regimes worldwide. In order for it to apply in a particular state, it must be incorporated by a State into its own laws. The Model Law has been adopted in 10 African jurisdictions to date (Tunisia, Egypt, Kenya, Uganda, Rwanda, Nigeria, Zambia, Zimbabwe, Madagascar and Mauritius). The Model Law provides a number of useful features, for example:

  • parties are free to agree the procedure for appointing arbitrators;
  • the procedure for arbitrators to conduct an arbitration must be just and fair from the outset until conclusion;
  • local Courts can assist in the arbitration proceedings on a limited basis and as required; and
  • it provides for effective enforcement of an arbitral award - the courts can only refuse to enforce an award in limited circumstances.

(ii) OHADA

OHADA is an organisation of 17 African countries, the majority of which are francophone. The OHADA Uniform Act on Arbitration (the “Uniform Act”) will be directly applicable in countries that are OHADA member states and will supersede any domestic arbitration legislation. Enforcement of awards under OHADA is only possible for awards from OHADA members. If you are seeking to enforce an award from a non-OHADA state in an OHADA state or vice versa, you will have to rely on the local laws of the country of enforcement, or relevant international instruments, such as the New York Convention. The Uniform Act is less comprehensive than the Model Law, but shares many of its features, eg parties can choose the procedure for appointing arbitrators, each party must be treated equally and given the opportunity to present its case and an award may only be set aside or enforcement of it refused on certain limited grounds. Unlike under the Model Law however, arbitrators have no express power to award interim measures. However, the Uniform Act is subject to any rules of an arbitration institution that the parties may choose and many of these sets of rules give arbitrators the power to award interim measures.

(iii) Countries that have not adopted the Model Law and are not OHADA members

If a country has not adopted the Model Law and is not a member of OHADA, the arbitration will be subject to the local arbitration law of that state. Most African countries have some form of arbitration law, but their content and application may vary greatly. In this regard, some jurisdictions may be considered “pro” arbitration, whereas others may be seen as arbitration un-friendly, or a bit of both. In Ghana, for instance, the Ghanaian courts have the power to initiate or recommend a referral to arbitration where the judge is “of the view that the action or a part of the action can be resolved through arbitration” (section 7(1) of the Ghana Alternative Dispute Resolution Act 2010). However, despite its apparently pro-arbitration law, the resolution of disputes involving the national or public interest, the environment, or the enforcement and interpretation of the constitution by arbitration is prohibited. Accordingly, parties should consider the governing arbitration law very carefully before committing to a particular jurisdiction.

Where can an award be enforced?

It is vital that an award granted in an arbitration is capable of being enforced in the relevant jurisdictions – particularly if the other party has assets globally. Accordingly, another primary consideration when deciding whether to seat an arbitration in an African State is whether that State has acceded to any treaty or convention which provides reciprocal arrangements for the enforcement of arbitral awards, such as the New York Convention or OHADA. 32 of the 54 African states have acceded to the New York Convention. This means that an arbitral award granted in arbitrations seated in those states can be enforced in other states that have also acceded to the New York Convention. The Courts of the country where enforcement is sought have only limited grounds on which to reject enforcement, namely if:
• “the agreement is not valid under the law to which the parties have subjected it or, failing any indication thereon, under the law where the award was made.” (Article V(1)(a)); or
• “the recognition or enforcement of the award would be contrary to the public policy of that country.” (Article V(2)(b)).

Other key considerations

Other considerations for parties when choosing the seat of arbitration include:

  • Whether judges in a State’s courts are trained in the practice and procedure of arbitration, so that they support the arbitration process and enforce arbitration agreements and awards.
  • Anti-arbitration injunctions should only be granted in exceptional cases that warrant the making of such orders, and must deal expeditiously with proceedings involving arbitrations.
  • Recognition and enforcement of arbitral awards must be the norm, with refusal only to be made in the circumstances set out in Article V of the New York Convention.
  • Security, political stability and corruption (whether real or perceived) should be evaluated.
  • The procedure for enforcement of or challenges to arbitral awards should be relatively simple and expeditious. By way of example, in Nigeria, except for ICSID awards, which are enforced directly by the Supreme Court as the court of first instance, arbitration cases take between four and 10 years to reach the Supreme Court before a final decision is issued in favour of enforcement of the award, or confirming the arbitrability of the subject matter of the dispute.

Selecting a key arbitration centre

Africa has a number of established arbitration centres. These centres are an attractive alternative to the more traditional arbitration centres of London or Paris, and may well be less costly. Key examples include:

  • Mauritius: The London Court of International Arbitration – Mauritian International Arbitration Centre (“LCIA-MIAC”) was formed as a joint venture between the LCIA and Mauritius in 2012, following the enactment of arbitration legislation in Mauritius. The LCIA-MIAC has its own set of rules which are based largely on the LCIA Rules and so may suit those parties who are familiar with arbitrating through the LCIA but want to resolve any disputes in Africa.
  • Egypt: The Cairo Regional Centre for International Commercial Arbitration (“CRCICA”) was established in 1979 and its rules are based on the UNCITRAL Arbitration rules (as revised in 2010), with minor variations relating mainly to the CRCICA’s role as an arbitral institution and an appointing authority. The CRCICA has four branches within Egypt, including one dedicated to specialist maritime arbitration.
  • Côte d'Ivoire: If one of the parties is resident in an OHADA state or the business carried out under the contract is performed wholly or partially in an OHADA state, the Uniform Act provides for arbitration administered by the Common Court of Justice and Arbitration (“CCJA”) in Abidjan.
  • Rwanda: The Kigali International Arbitration Centre was launched in 2012. Its rules place an emphasis on reducing costs for parties and include measures similar to the recently amended rules of the International Chamber of Commerce (“ICC”), such as the availability of an emergency arbitrator to provide urgent interim relief prior to the constitution of the arbitral tribunal.

Choosing another international arbitration centre or seat

Some parties will prefer to use more traditional arbitration centres such as the LCIA in London or the ICC in Paris. For instance, in 2012, 5.5 per cent of referrals to the LCIA were made by African parties (including two per cent from Nigeria), an increase from 4.5 per cent in 2011.
However, a popular alternative for international investors in Africa is now the Dubai International Finance Centre (the “DIFC”). Dubai is a convenient geographical location for African parties, with frequent direct flights to and from Africa and also enjoys a status as an international commercial hub. The DIFC has reported a threefold increase in enquiries received from African parties in the last year, showing that as the popularity of arbitration has risen in Africa, so too has the demand from African arbitrating parties to arbitrate in Dubai.

Another key attraction of the Middle East for parties contracting in Africa is the availability of enforcement under the Riyadh Convention. Eight out of the 20 Riyadh Convention member states are African countries. These are largely Islamic countries. Five of these states (Algeria, Djibouti, Mauritania, Morocco and Tunisia) have also acceded to the New York Convention, so parties arbitrating in these countries may have multiple options for enforcing an award. Selecting a Riyadh Convention state may be particularly appropriate where a party is an Islamic entity. Crucially, however, under the Riyadh Convention, enforcement of an award can be refused if the judgment or award is contrary to Shari’a law or the constitution, public policy or good morals of the country where a party is seeking enforcement.

Bilateral Investment Treaties (“BITs”)

An important consideration for international investors in Africa is whether any BIT is applicable to their investment. A BIT is an international treaty between two countries which protects investments by parties from those states, made in each other’s states. BITs generally provide protection from expropriation and guarantee fair and equal treatment, as well as providing for international arbitration as the method for resolving any disputes. BIT disputes are often dealt with by the International Centre for the Settlement of Investment Disputes (“ICSID”), which was set up by the World Bank in Washington DC and can provide protection where states are parties to the ICSID Convention - which 48 African States are. Investors and host states must have agreed to submit disputes to ICSID, and this can be done by way of a BIT or contract between parties. Currently there are around 760 BITs in place in Africa, for the most part entered between African states and non-African states. Egypt for example has entered over 100 BITs.

In contrast, South Africa has recently sent notices of termination of its BITs to Belgium, Luxembourg, Germany, Spain, Switzerland and The Netherlands, which appears to buck the growing trend of international arbitration across the African continent. Once the relevant notice periods expire, new investments from these countries will no longer be protected under the BITs and disputes will not automatically be resolved by international arbitration. South Africa intends eventually to replace all its BITs with domestic legislation. The Promotion and Protection of Investment Bill (the “Investment Bill”) will apply to all foreign investments. The Investment Bill provides for a narrower definition of expropriation than that contained in existing BITs and does not make any mention of “fair and equal treatment” of investments by the host State, which is guaranteed by most BITs. The Investment Bill also denies investors the right to have disputes resolved by international arbitration, unless otherwise agreed. Instead, disputes must ordinarily be submitted to the South African courts or domestic arbitration or mediation. At the time of writing, there was no publicly available information about when the Investment Bill might come into force, but a period of public consultation on the Investment Bill ended on 31 January 2014.

Recent developments

As a result of the economic boom in Africa, dispute resolution solutions, and particularly international arbitration, are constantly evolving. Key recent developments include:

  • The Democratic Republic of the Congo (“DRC”) adopted the New York Convention in June 2013, but has made four reservations to its adoption. Two of those reservations are particularly significant. First, enforcement will only be available in the DRC where awards post-date the DRC’s accession. Second, immovable property situated in the DRC is excluded from the application of the New York Convention, thereby excluding mining rights from its ambit. Notwithstanding those points, it is likely that the adoption of the New York Convention will increase the attraction of the DRC as an arbitration destination.
  • A number of new arbitration centres are expected to open soon. In Kenya, the Nairobi International Arbitration Centre is expected to start receiving cases at some stage this year. The International Chamber of Commerce has also recently announced that it plans to establish an arbitration centre in Ghana.
  • In a recent decision, the Nigerian Court of Appeal in Nigerian National Petroleum Corporation v. Statoil (Nigeria) Limited and Others refused to grant an injunction to halt arbitral proceedings, as to do so would undermine the parties’ agreement to submit the dispute to arbitration. This has been welcomed as evidence to show that courts in Africa are supportive, rather than obstructive to the arbitral process.

Africa as an arbitration destination

Hand in hand with the increasing opportunity in Africa for foreign investors is the need for there to be a means of resolving disputes that is both neutral and cost effective. International arbitration in Africa is starting to fulfil this need. Investors should be encouraged by this trend, but must be wary of the important considerations when choosing a jurisdiction in which to seat an arbitration.

The increasing number of arbitration centres in Africa shows that countries are seeking to attract foreign investment, while at the same time providing easy access to an independent arbitral forum. States are also, generally, showing a greater willingness to accede to internationally recognised enforcement regimes and the local courts are becoming increasingly familiar with arbitration as a valid method of resolving disputes. If the 21st Century is indeed to be “Africa’s century”, the development of international arbitration in Africa must be a key part of this.

Dr Stuart Dutson partner is a partner at Eversheds and can be contacted stuartdutson@eversheds.com or by phone on +44 207 919 0813. Lucy Webster is a Senior Associate at Eversheds and can be contacted at lucywebster@eversheds.com or (+44 207 919 0515). Timothy Smyth is an Associate. His details are timothysmyth@eversheds.com (+44 20 7919 4940).

L’Arbitrage International en Afrique

Pour le Dr Stuart Dutson, Lucy Webster et Timothy Smyth, l’arbitrage devient rapidement le mécanisme de choix en Afrique pour la résolution des différends.

L’économie en Afrique progresse depuis quelques années à un rythme stupéfiant. Selon le FMI, en 2014, quatre des six pays dont le taux de croissance de l’économie sera le plus élevé du monde seront situés en Afrique sub-saharienne. Les investissements étrangers directs ont également connu une très forte hausse au cours de la dernière décennie, passant de 11 milliards de dollars US en 2002 à plus de 56,3 milliards de dollars US en 2013. Libye mise à part, le taux de croissance en Afrique est prévu pour passer à 5,3 % en 2014. Les moteurs de cette croissance comprennent la production pétrolière, les mines, l’agriculture, les services, et la demande intérieure. 

La grande diversité linguistique et juridictionnelle de l’Afrique peut sembler un défi aux investisseurs potentiels. Le droit en Afrique est un mélange divers de common law, de droit civil, de droit coutumier et de droit lié à la religion. La common law est un système juridique fondé sur un droit créé par les tribunaux, tandis que le droit civil repose sur un ensemble codifié de lois écrites. Le droit religieux et le droit coutumier jouent un rôle important dans la société africaine, et ne sont du droit que dans la mesure où ils seront reconnus par l’Etat. Parallèlement à cette multitude de cadres juridiques, il existe en Afrique plus de 700 langues (connues). Les langues de travail, cependant, sont l’anglais, l’arabe, le portugais, l’espagnol et le français.

Un moyen efficace de résoudre les différends

Le développement économique du continent africain s’accompagne d’un développement de la demande de moyens effectifs et efficaces de résoudre les différends entre cocontractant et de protéger les investissement. Nous étudierons dans cet article certains des principaux points à prendre en considération en matière de résolution des différends, pour les parties faisant des affaires en Afrique. Nous nous concentrerons tout particulièrement sur le recours croissant à l’arbitrage, qui devient rapidement un mécanisme de résolution des différends de choix sur le continent.

Contentieux ou Arbitrage ?

La réticence générale des investisseurs étrangers à soumettre leurs différends aux juridictions locales d’un pays africain est un facteur majeur pour expliquer la hausse du recours à l’arbitrage sur ce continent. De manière générale, les inquiétudes sont les suivantes :

  • absence d’impartialité – un tribunal africain donné favorisera-t-il les intérêts d’une partie de ce même pays, ou d’une entité détenue par cet Etat africain, au détriment de ceux de l’investisseur étranger ?
  • corruption – y a-t-il une protection suffisante contre la corruption devant les juridictions locales ? Cette question est particulièrement importante pour les investisseurs lorsque ces derniers sont soumis à une législation lourde, très importante dans leur propre pays, telle que la UK Bribery Act 2010 au Royaume-Uni ou la Foreign Corrupt Practices Act 1977 aux Etats-Unis, tandis que les parties locales ne sont pas soumises à des régimes aussi stricts en matière de lutte contre la corruption ;
  • instabilité politique et troubles civils – quelles seront les conséquences d’une instabilité sur les procédures en justice ?
  • durée de la procédure – Au Nigéria, par exemple, une affaire peut mettre jusqu’à 10 ans pour arriver jusqu’aux tribunaux de commerce.

L’arbitrage, en revanche, offre un certain nombre d’avantages :

  • relative facilité d’exécution au niveau international, dans le cadre de la Convention des Nations-Unies pour la Reconnaissance et l’Exécution des Sentences Arbitrales Étrangères (la « Convention de New York ») et d’autres accords internationaux ;
  • perception de neutralité des arbitres et de la procédure d’arbitrage ;
  • Contrôle sur la procédure – les parties peuvent, par exemple, souvent désigner leurs propres arbitres pour entendre leur différend, et fixer les règles de procédure qui seront applicables.
  • minimisation de la participation des juridictions locales, auxquelles il ne peut être fait appel que dans certains cas précis en application de la loi choisie pour l’arbitrage ;
  • les parties peuvent choisir de soumettre leur arbitrage à un droit ou un ensemble de règles neutre, ou à un droit ou ensemble de règles qui leur est familier. L’arbitrage pourra également tenir compte des principes de droit international public.

Pour toutes les raisons énoncées ci-dessus, l’arbitrage international devient le mécanisme préféré de résolution des différends pour les parties internationales faisant des affaires en Afrique.

Eléments pratiques à considérer pour un arbitrage en Afrique

Choix du siège

Un choix fondamental que les cocontractants devront faire dès le début en matière d’arbitrage est celui de la localisation du siège de l’arbitrage, autrement dit celui de savoir de quel pays seront les lois de procédure applicables à l’arbitrage et les tribunaux qui le superviseront.

Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles les parties pourraient choisir un siège dans un pays africain. Ainsi, il pourrait par exemple être moins coûteux financièrement de résoudre un différend à proximité du lieu où les parties font des affaires, tout particulièrement si le nombre de témoins basés en Afrique sera vraisemblablement important, ou si une partie africaine insiste pour que le siège de l’arbitrage soit en Afrique. Il faut néanmoins garder à l’esprit le fait que, malgré le développement de l’arbitrage sur le continent, certains Etats africains ont été plus lents à adopter une réglementation moderne en matière d’arbitrage. Il est par conséquent vital pour les parties d’étudier attentivement toutes les options avant de choisir le siège, en tenant compte de toutes les circonstances. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des questions essentielles à se poser.

Le siège de l’arbitrage doit-il être dans le pays dans lequel les parties sont en affaires ?

Il y a des avantages à choisir comme siège de l’arbitrage le pays dans lequel les parties sont en affaire. Par exemple, les témoins concernés pourraient être basés dans ce pays, ce qui facilitera ainsi la logistique et permettra de réduire les coûts si des témoins devaient avoir à se rendre à l’étranger pour déposer. Ce pays est également celui dans lequel, vraisemblablement, seront situés le plus grand nombre de documents, ce qui évitera d’éventuelles complications pour faire sortir ces documents dudit pays. Inversement, choisir comme siège de l’arbitrage le pays dont la partie africaine est un ressortissant emporte un risque, dans certains pays, que les juridictions locales favorisent l’entité locale si des effets connexes étaient recherchés. En outre, parce que l’arbitrage est une procédure relativement récente dans certains pays, les juridictions locales pourraient ne pas être aussi favorables que d’autres vis-à-vis de l’arbitrage, et chercher à l’empêcher. Si cela est ressenti, un compromis pourrait toutefois être trouvé en fixant le siège de l’arbitrage en Afrique, mais dans un pays neutre.

Quelle est la loi applicable en matière d’arbitrage dans l’Etat africain choisi ?

Un point clé pour déterminer la loi applicable à l’arbitrage est de savoir si une loi sur l’arbitrage est en vigueur dans le pays du siège et, si oui, laquelle. Un investisseur international pourra par exemple préférer un pays dans lequel les lois sur l’arbitrage suivent les normes internationales auxquelles il est habitué, telles que, par exemple, la Loi type de la Commission des Nations-Unies pour le Droit Commercial International (« CNUDCI ») sur l’Arbitrage Commercial International, ou l’Acte Uniforme adopté par les Etats membres de l’ Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (« OHADA »).

(i) La loi type de la CNUDCI sur l’Arbitrage Commercial International

La loi type est une loi d’arbitrage standard préparée et adoptée par la CNUDCI, qui cherche à harmoniser les régimes d’arbitrage au niveau mondial. Pour qu’elle soit applicable dans un pays donné, la loi type doit être incorporée par l’Etat dans sa propre législation. La Loi type a été ratifiée par 10 pays africains à ce jour (Tunisie, Egypte, Kenya, Ouganda, Rwanda, Nigéria, Zambie, Zimbabwe, Madagascar et Ile Maurice). La Loi type prévoit un certain nombre d’éléments utiles, tels que :

  • la liberté pour les parties de convenir de la procédure de désignation des arbitres ;
  • la procédure de conduite de l’arbitrage par les arbitres doit être juste et équitable de son début à sa conclusion ;
  • les juridictions locales peuvent, de manière limitée et si nécessaire, apporter leur aide lors de la procédure d’arbitrage ; et
  • elle prévoit l’exécution effective de la sentence arbitrale – les tribunaux ne peuvent refuser l’exécution d’une sentence que dans un nombre limité de cas.

(ii) L’OHADA

L’OHADA est une organisation composée de 17 pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Equatoriale, Mali, Niger, RDC, Sénégal, Tchad et Togo), pour majorité francophones. L’Acte Uniforme OHADA sur le droit de l’arbitrage est d’application directe dans tous les Etats membres de l’OHADA, où il se substitue à toute législation locale en matière d’arbitrage. L’exécution des sentences rendues en droit OHADA n’est possible que pour les sentences des Etats membres de l’OHADA. Si vous souhaitez exécuter une sentence d’un Etat non-OHADA dans un Etat membre de l’OHADA (ou inversement), vous devrez vous fonder sur la législation nationale du pays d’exécution, ou les conventions internationales applicables, telles que la Convention de New York. L’Acte Uniforme est moins exhaustif que la Loi type, mais partage nombre de ses caractéristiques. Par exemple, les parties peuvent convenir elle-même de la procédure de désignation des arbitres, les parties doivent être traitées de manière équitable et se voir donner la possibilité de se défendre, et une sentence ne pourra être écartée, ou son exécution ne pourra être refusée, que dans un nombre limité de cas. Contrairement à la loi type toutefois, les arbitres n’ont aucun pouvoir exprès d’accorder des mesures provisoires. Cependant, l’Acte Uniforme est soumis au règlement de toute institution d’arbitrage que les parties pourraient choisir, et de nombreux règlements d’arbitrage donnent aux arbitres le pouvoir d’accorder des mesures provisoires.

(iii) Les pays n’ayant pas ratifié la loi type et n’étant pas membres de l’OHADA

Dans les pays n’ayant pas ratifié la loi type et n’étant pas membres de l’OHADA, l’arbitrage sera soumis à la législation locale de ce pays en matière d’arbitrage. La plupart des pays africains disposent d’une législation en matière d’arbitrage, mais son contenu et son application peuvent varier grandement d’un pays à l’autre. A cet égard, certains pays peuvent être considérés comme « pro-arbitrage » tandis que d’autres peuvent être considérés comme hostiles à l’arbitrage, ou comme étant un peu des deux. Au Ghana par exemple, les tribunaux ghanéens ont le pouvoir d’initier ou recommander un recours à l’arbitrage lorsque le juge « est d’avis que l’action, ou une partie de celle-ci, peut être résolue par voie d’arbitrage » (section 7(1) de la Loi ghanéenne de 2010 sur la résolution alternative des différends). Cependant, malgré cette législation apparemment pro-arbitrage, la résolution par voie d’arbitrage de différends touchant à l’intérêt national ou l’intérêt public, l’environnement, ou l’application et l’interprétation de la constitution est interdite. En conséquence, les parties devront étudier attentivement la loi applicable à l’arbitrage avant de s’engager et de choisir un pays donné.

Où la sentence peut-elle être exécutée ?

Il est vital qu’une sentence rendue lors d’un arbitrage puisse être exécutée dans les pays concernés – en particulier si l’autre partie possède des actifs à l’international. Par conséquent, un autre point essentiel à prendre en compte pour décider du pays d’Afrique dans lequel l’arbitrage aura son siège est celui de savoir si ce pays a adhéré à un traité ou une convention prévoyant des accords réciproques pour l’exécution des sentences étrangères, tels que la Convention de New York ou l’OHADA. Sur les 54 États africains, 32 ont adhéré la Convention de New York. Cela signifie qu’une sentence arbitrale rendue lors d’un arbitrage dont le siège était dans l’un de ces États peut être exécutée dans les autres États ayant également adhéré à la Convention de New York. Les tribunaux de l’Etat dans lequel l’exécution est demandée ne pourront refuser l’exécution que pour des motifs limités, à savoir si :

  • « la convention n’est pas valable en vertu de la loi à laquelle les parties l’ont subordonnées ou, à défaut d’une indication à cet égard, en vertu de la loi du pays où la sentence a été rendue » (Article V(1)(a)) ; ou si
  • « la reconnaissance ou l’exécution de la sentence serait contraire à l’ordre public de ce pays. » (Article V(2)(b)).

Autres éléments clés à prendre en compte

Parmi les autres éléments à prendre en compte lors du choix du siège de l’arbitrage, citons :

  • le point de savoir si les magistrats des tribunaux d’un Etat sont formés à la pratique et à la procédure de l’arbitrage, pour pouvoir soutenir la procédure d’arbitrage et exécuter les conventions d’arbitrage et les sentences ;
  • des injonctions anti-arbitrages ne devraient être accordées que dans des cas exceptionnels garantissant le prononcés de telles ordonnances, et doivent traiter promptement les procédures impliquant un arbitrage ;
  • la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales doit être la norme, et leur refus n’être prononcé que dans les cas visés à l’Article V de la Convention de New York ;
  • la sécurité, la stabilité politique et la corruption (réelle ou perçue) doivent être évalués ;
  • la procédure d’exécution, ou de contestation, des sentences arbitrales doit être relativement simple et rapide. A titre d’exemple, au Nigéria, et sauf s’agissant des sentences CNUDCI, qui sont exécutées directement par la cour suprême en premier ressort, les dossiers d’arbitrage mettent entre quatre et dix ans pour parvenir devant la cour suprême pour qu’une décision définitive soit rendue en faveur de l’exécution de la sentence arbitrale, ou qu’une décision définitive confirmant l’arbitrabilité de l’objet du différend soit rendue.

Le choix d’un centre d’arbitrage clé

Le continent africain possède un certain nombre de centres d’arbitrage établis. Ces centres sont une alternative intéressante aux centres d’arbitrages traditionnels de Londres ou Paris, et peuvent également être moins onéreux. Pour prendre quelques exemples clés :

  • Ile Maurice : La London Court of International Arbitration – Mauritian International Arbitration Centre (« LCIA-MIAC ») est un joint-venture constitué entre la LCIA et l’Ile Maurice en 2012, suite à l’adoption d’une législation sur l’arbitrage à Maurice. La LCIA-MIAC possède son propre ensemble de règles, largement basées sur le Règlement de la LCIA, et peut ainsi convenir à des parties connaissant les arbitrages soumis à la LCIA mais souhaitant résoudre leur différend en Afrique.
  • Égypte : Le Cairo Regional Centre for International Commercial Arbitration (« CRCICA’) a été créé en 1979. Son règlement est fondé sur le Règlement d’Arbitrage de la CNUDCI (tel que révisé en 2010), avec quelques modifications mineures liées principalement au rôle d’institution d’arbitrage et autorité de nomination du CRCICA. Le CRCICA possède quatre bureaux en Egypte, dont un dédié aux arbitrages en matière maritime.
  • Côte d'Ivoire : Si l’une des parties réside dans un Etat membre de l’OHADA ou que les affaires menées dans le cadre du contrat sont exécutées, totalement ou en partie, dans un Etat de l’OHADA, l’Acte Uniforme prévoit que l’arbitrage sera administré par la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (« CCJA ») à Abidjan.
  • Rwanda : Le Kigali International Arbitration Centre a été lancé en 2012. Son règlement met l’accent sur la réduction des coûts pour les parties et comprend des mesures semblables à celles figurant dans le règlement, récemment modifié, de la Chambre Internationale de Commerce (« CCI »), telles que la disponibilité d’un arbitre en urgence pour prononce des mesures d’urgence avant la constitution du tribunal arbitral.

Choisir un autre centre ou siège d’arbitrage international

Certaines parties préféreront faire appel à des centres d’arbitrage plus traditionnels, tels que la LCIA à Londres ou la CCI à Paris. A titre d’exemple, en 2012, 5,5 pour cent des affaires portées devant la LCIA l’avaient été par des parties africaines (dont 2% par le Nigéria), contre 4,5 % en 2011.

Le Dubai International Finance Centre (le « DIFC ») constitue, actuellement, une alternative populaire chez les investisseurs internationaux en Afrique. Dubaï est, géographiquement parlant, un lieu pratique pour les parties africains, avec des vols directs fréquent au départ et à l’arrivée de l’Afrique. La ville jouit également d’un statut de plate-forme commerciale internationale. Le DIFC a déclaré avoir enregistré un triplement des demandes émanant de parties africaines au cours de l’année écoulée, montrant que la popularité croissante de l’arbitrage en Afrique va de pair avec une augmentation de la demande des parties africaines pour un arbitrage à Dubaï.

L’un des autres éléments attractifs du Moyen-Orient pour les parties contractant en Afrique est la possibilité d’une exécution au titre de la Convention de Riyad. Huit des 20 pays signataires de la Convention de Riyad sont des pays d’Afrique. Il s’agit pour la plupart de pays musulmans. Cinq de ces Etats (Algérie, Djibouti, Mauritanie, Maroc et Tunisie) ont également adhéré à la Convention de New York. Les parties choisissant l’arbitrage dans ces pays ont donc plusieurs options pour l’exécution d’une sentence arbitrale. Choisir un pays signataire de la Convention de Riyad peut être particulièrement adapté lorsqu’une partie est une entité musulmane. Point crucial, cependant : selon la Convention de Riyad, l’exécution d’une sentence arbitrale peut être refusée si le jugement ou la sentence arbitrale est contraire à la Charia ou à la constitution, à l’ordre public ou à la morale du pays dans lequel la partie demande l’exécution.

Les Traités Bilatéraux d’Investissement (« TBI »)

Un point important à prendre en compte par les investisseurs internationaux en Afrique est celui de savoir si un TBI est applicable à leur investissement. Un TBI est un traité international conclu entre deux Etats et visant à protéger les investissements faits par les parties d’un Etat dans l’autre Etat, et réciproquement. Un TBI prévoit généralement des mesures de protection contre l’expropriation et garantissent un traitement juste et équitable. Il prévoit également en général, comme mode de résolution des différends, un recours à l’arbitrage. Les différends TBI sont souvent soumis au Centre International de Règlement des Différends sur l’Investissement (« CIRDI »), créé par la Banque Mondiale à Washington DC et pouvant accorder une protection lorsque les Etats sont partie à la Convention CNUDCI – ce qui est le cas de 48 Etats africains. Les investisseurs et pays hôtes doivent avoir convenu de soumettre leurs différends au CIRDI, ce qui peut être fait au moyen d’un TBI ou d’un contrat entre les parties. À l’heure actuelle, environ 760 TBIs existent en Afrique ; ils sont pour la plupart conclus entre des Etats africains et des Etats non-africains. L’Egypte, par exemple, a conclu plus de 100 TBI.

En revanche, l’Afrique du Sud a récemment notifié la résiliation de ses TBI avec la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, l’Espagne, la Suisse et les Pays-Bas, ce qui semble s’opposer à la tendance croissante à l’arbitrage international sur le continent africain. Une fois les résiliations effectives, les nouveaux investissements en provenance de ces pays cesseront d’être protégés par les TBIs et les différends ne seront plus automatiquement résolus par un recours à l’arbitrage international. L’Afrique du Sud entend à terme remplacer l’ensemble de ses TBIs par une législation nationale. La Promotion and Protection of Investment Bill ( « Investment Bill » ) s’appliquera à tous les investissements étrangers. Elle prévoit une définition de l’expropriation plus étroite que celle figurant dans les TIBs existants, et ne fait plus mention du « traitement juste et équitable » des investissements par l’Etat hôte, que garantissent la plupart des TBIs. L’Investment Bill refuse également aux investisseurs le droit de voir leur différends tranchés par arbitrage international, sauf convention contraire. A la place, les différends seront ordinairement soumis aux tribunaux sud-africaines ou à arbitrage ou médiation au niveau national. A l’heure où nous rédigeons cet article, aucune information n’a été publiée quant à la date à laquelle l’Investment Bill pourrait entrer en vigueur. Toutefois, une période de consultations publiques a pris fin le 31 janvier 2014.

Evolutions Récentes

Du fait du boom économique en Afrique, les solutions de résolutions des différends, et en particulier l’arbitrage international, sont en perpétuelle évolution. Parmi les principaux développements récents, nous pouvons citer les suivants :

  • La République Démocratique du Congo (« RDC ») a adopté la Convention de New York en juin 2013, mais formulé quatre réserves à son adoption. Deux de ces réserves sont particulièrement importantes. Tout d’abord, l’exécution ne sera possible en RDC que si la sentence est rendue après la date d’adhésion de la RDC. Ensuite, les immeubles situés en RDC sont exclus du champ d’application de la Convention de New York, ce qui exclut donc les droits miniers de son champ d’application. Nonobstant ces points, il est probable que l’adoption de la Convention de New York augmentera l’attractivité de la RDC comme destination d’arbitrage.
  • Il est attendu prochainement l’ouverture d’un certain nombre de nouveaux centres d’arbitrage. Au Kenya, le Nairobi International Arbitration Centre devrait commencer à recevoir des dossiers dans le courant de l’année. La Chambre de Commerce Internationale a également annoncé récemment son projet d’ouvrir un centre d’arbitrage au Ghana.
  • Dans une décision récente, la Cour d’appel nigériane, dans une affaire Nigerian National Petroleum Corporation v. Statoil (Nigeria) Limited and Others, a refusé d’accorder une injonction pour stopper une procédure arbitrale, considérant que le faire ébranlerait l’accord des parties pour soumettre leur différend à l’arbitrage. Cela a été accueilli comme un signe que les tribunaux africains étaient favorables, plutôt qu’hostiles, aux procédures d’arbitrage. 

L’Afrique, destination pour des arbitrages

Avec les opportunités croissantes pour les investisseurs étrangers en Afrique vient la nécessité d’avoir un moyen de résoudre les différends qui soit à la fois neutre et rentable. L’arbitrage international en Afrique commence à répondre à ce besoin. Les investisseurs devraient être encouragés par cette tendance, tout en gardant à l’esprit les points importants à prendre en compte pour choisir un pays comme siège d’un arbitrage.

La croissance du nombre de centre d’arbitrage en Afrique montre que les pays cherchent à attirer les investissements étrangers, tout en permettant en même temps un accès à un tribunal arbitral indépendant. Les Etats montrent aussi, de manière générale, qu’ils sont plus enclins à adhérer à des régimes d’exécution reconnus au niveau internationale, et les juridictions locales sont de plus en plus familiarisées avec l’arbitrage comme moyen valable de résoudre les différends. Si le 21e siècle est bien le « Siècle de l’Afrique », le développement de l’arbitrage international en Afrique doit y jouer un rôle essentiel.

Dr Stuart Dutson, avocat associé chez Eversheds, peut être contacté par e-mail à stuartdutson@eversheds.com ou par téléphone au +44 207 919 0813. Lucy Webster, collaboratrice senior chez Eversheds, peut être contacté par e-mail à lucywebster@eversheds.com ou par téléphone au +44 207 919 0515. Timothy Smyth est collaborateur. Il peut être joint par e-mail à timothysmyth@eversheds.com (ou par téléphone au +44 20 7919 4940).

For more information contact

< Go back

Print Friendly and PDF
Subscribe to e-briefings