Global menu

Our global pages

Close

New COMESA guidelines on merger assessment

  • United Kingdom
  • Other

11-12-2014

New COMESA guidelines on merger assessment

The COMESA Competition Commission (CCC), established by the Competition Regulations of COMESA ("Rules")and responsible for promoting competition in the common market, published its guidelines on the application of the Regulation in order to "Provide guidance to parties contemplating or in the process of merging Within the Common Market. 

Under the regulations, the CCC "may, as regards trade between Member States, monitor, investigate, detect, draw conclusions or take steps to prevent,  ban and / or penalize companies whose trade activities substantially restrict competition in the common market "(Article 8 of the Regulations). In this context, this article requires that the proposed mergers with a regional dimension having a value equal to or over a certain threshold be notified to CCC .

CCC makes it mandatory to report certain of merger transactions under the competition rules of the COMESA.

The adopted guidelines specify the terms of application of the CCC Regulation including:

  • the scope of the Regulation;
     
  • the definition of the merger;
     
  • the conditions for a joint venture to be considered a merger;
     
  • statements of internal restructuring are not mandatory.

The guidelines specify which mergers are subject to the notification requirement. They indicate that, pursuant to the Regulation, either or both of the acquiring company and the target company must in one or more of the Member States of COMESA but also specify that it applies only to companies with a turnover of more than 5 million USD in value.

In addition, the guidelines state that the merger will not have to be notified if the target company operates no activity in the Member States and if more than 2/3 of the annual turnover in the Common Market of each of the merging parties is achieved or held within one and same Member State.

Nouvelles directives sur l’évaluation des fusions de la COMESA

Par Boris Martor et Madonna Gerber, Eversheds LLP

La COMESA Competiton Commission (CCC), mise en place par le Règlement sur la concurrence de la COMESA (« Règlement ») et responsable de la promotion de la concurrence dans le Marché commun, a publié ses lignes directrices sur l’application dudit Règlement « to provide guidance to parties contemplating or in the process of merging within the Common Market

En vertu du Règlement, la CCC « peut, en ce qui concerne le commerce entre les Etats membres, contrôler, enquêter, détecter, tirer des conclusions ou prendre des mesures pour empêcher, frapper d’interdiction ou/et pénaliser les entreprises dont les activités commerciales limitent sensiblement la concurrence dans le Marché commun » (article 8 du Règlement). Dans ce cadre, l’article du Règlement impose que les fusions proposées ayant une dimension régionale avec une valeur égale ou supérieure à un certain seuil soient notifiées à la CCC .

La CCC rend obligatoire la déclaration de certaines opérations de concentrations, en vertu de la règlementation sur la concurrence de la COMESA.

Les lignes directrices adoptées précisent les modalités d’application du Règlement par le CCC notamment :

  • le champ d'application du Règlement;
     
  • la définition de la fusion;
     
  • les conditions pour qu’une joint-venture soit assimilée à une fusion;
     
  • les déclarations de restructurations internes ne sont pas obligatoire.

Les lignes directrices précisent quelles sont les fusions soumises à l’obligation de notification. Elles indiquent que conformément au Règlement la société acquisitive et la société cible ou l’une d’entre elles doit exercer dans un ou plusieurs Etats membres de la COMESA mais précisent que cela ne concerne que les sociétés ayant un chiffre d’affaires d’une valeur supérieure à 5 millions de USD.

De plus, les lignes directrices précisent que l’opération de fusion n’aura pas à être notifiée si la société cible n’opère aucune activité dans un des Etats membres et si plus de deux tiers de son chiffre d’affaires annuel sur le marché commun de chacune des parties à l’opération est réalisé dans au moins des Etats membres.

For more information contact

< Go back

Print Friendly and PDF
Subscribe to e-briefings