Global menu

Our global pages

Close

UEMOA – The first credit bureaus (BICs) are being established in the member States of the UEMOA

  • Africa
  • Other

02-03-2015

By Madonna Gerber and Sylvain Sankalé

The Central Bank of West African States (BCEAO) recently entrusted Créditinfo VoLo, a joint-venture established in Senegal and Gambia and set up by Créditinfo Group and VoLo Africa, with the establishing of the first credit bureaus (“BIC”) in the member States of the West African Monetary Union (UEMOA), i.e. Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinea-Bissau, Mali, Niger, Senegal, and Togo. The first BICs should be operational in June 2015.

According to the Regional Bill on the regulation of BIC in the member States of the UEMOA dated 3rd June 2013, “A BIC is an institution that collects data about the credit or payment history of a client, which it sources from financial entities, public sources and public utilities (such as water supply or electricity supply companies, telephone companies, etc.). This information is then processed and sold to credit institutions, microfinance institutions (MFI) and public utilities in the form of detailed credit reports”.

The “Doing Business” report is published annually by the World Bank Group. The 2013 report ranks the member States of the UEMOA amongst the least performing in terms of the obtaining of credit.

Faced with such a situation, the BCEAO decided to sign a cooperation agreement with the International Finance Corporation in September 2013 to promote BICs in UEMOA member States.

In giving financial institutions easier access to information about a borrower’s creditworthiness, the BCEAO hopes to give an impulse to the granting of lending to economic agents.

The BCEAO would like to increase the loans granted in the UEMOA zone, in giving financial institutions easier access to information about the borrowers’ creditworthiness. This would as a whole lead each of the relevant member States to get a better score in the “Doing Business” report.

Français

UEMOA - La mise en place des premiers bureaux d’information sur le crédit (BIC) dans les Etats membres de l’UEMOA

Par Madonna Gerber et Sylvain Sankalé

La Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a récemment confié à Créditinfo VoLo, société implantée au Sénégal et en Gambie et joint-venture de Créditinfo Group et VoLo Africa, la mise en place des premiers bureaux d’information sur le crédit (BIC) dans les Etats membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Buissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Les premiers BIC devraient être fonctionnels à partir de juin 2015.

Selon la Loi Uniforme portant règlementation des BIC dans l’UEMOA en date du 3 juin 2013, “le BIC est une institution qui collecte, auprès des organismes financiers, des sources publiques et des grands facturiers (sociétés de fourniture d'eau, d'électricité, sociétés de téléphonie, etc.), des données sur les antécédents de crédit ou de paiement d'un client. Ces informations sont, ensuite, commercialisées auprès des Etablissements de crédit, des Systèmes Financiers Décentralisés et des grands facturiers, sous la forme de rapports de solvabilité détaillés”.

Selon l’édition 2013 du rapport « Doing Business », publié annuellement par le Groupe de la Banque Mondiale, les Etats membres de l’UEMOA s’étaient classés parmi les économies les moins performantes en matière de facilité d’obtention de crédit.

Face à ce constat, la BCEAO a décidé, en septembre 2013, de conclure avec la Société Financière Internationale un Protocole d’Accord de coopération pour assurer la promotion des BIC dans ses Etats membres.

En facilitant l'accès des établissements financiers aux informations sur la qualité de crédit d'un emprunteur, la BCEAO espère impulser l’attribution de financement aux opérateurs.

La BCEAO souhaite accroître les financements accordés dans la zone UEMOA en facilitant l’accès des établissements financiers aux informations sur la qualité de crédit des emprunteurs, ce qui permettra globalement à chacun des pays concernés d’obtenir une meilleure notation dans le rapport « Doing business ».

 

< Go back

Print Friendly and PDF
Subscribe to e-briefings