Global menu

Our global pages

Close

Africa Law Institute e-briefing - December 2013

  • Africa

    05-12-2013

    Ghana - Parliament approves a 2.5% VAT increase

    On 14 November 2013, Ghana’s Parliament enacted a bill approving a 2.5% increase in the country’s Value Added Tax (VAT), changing it from 12.5% to 15%, despite the disapproval of the Minority membership of Parliament, who staged a walk-out following the vote.

    During the discussions, Hon. Cassiel Ato Forson, Deputy Minister of Finance, explained to the House that this tax increase would allow the government of Ghana to raise an additional 745 million Ghanaian cedi (≈ 246 million Euros) annually. This additional revenue would increase the budget for 2014 and would be used in 2015 to finance various investment projects in infrastructure (roads, schools, etc.) which is the short-term objective of the country. Mr Forson noted that despite the tax increase, Ghana maintained one of the lowest VAT rates in the region, while many neighboring countries have rates of 18% or more.

    Despite Forson’s assertions, the Minority membership, led by Osei-Kyei-Mensah-Bonsu, rejected the increase, stating that the initial purpose of the bill was to consolidate the law related to value added tax, not to increase it.

    Ghana -Le parliament approuve une augmentation de la TVA de 2,5%

    Le 14 novembre 2013, le Parlement ghanéen a adopté un projet de loi approuvant une hausse de la TVA de 2,5%, passant de 12,5% à 15%, malgré la désapprobation de la minorité parlementaire, qui s’est illustrée en quittant la Chambre suite au vote du projet de loi.

    Durant les discussions, l’Honnorable Cassiel Ato Forson, Ministre des Finances, a présenté à la Chambre la hausse de la taxe comme une modification fiscale de portée générale qui permettrait au gouvernement ghanéen de collecter 745 millions de Cedis Ghanéens (≈ 246 millions d’euros) supplémentaires par an. Cet excédent viendrait augmenter le budget de 2014 et serait consacré dès 2015 au financement de divers projets d’investissements en infrastructures (routes, écoles, etc.), objectifs à court terme du pays. M. Forson a souligné le fait qu’en dépit de cette augmentation, le Ghana conservait l’un des taux de TVA les plus faibles de la région, alors que plusieurs pays voisins ont des taux de TVA dépassant ou avoisinant les 18%.

    Nonobstant les arguments avancés par Mr. Forson, les membres de la minorité, dirigée par M. Osei-Kyei-Mensah-Bonsu, ont rejeté l’augmentation, considérant que l'objectif initialement admis du Projet de loi était la consolidation de la loi relative à l'impôt sur la valeur ajoutée et non son augmentation.

    South Africa - Contested amendment bill of the mineral and petroleum resources development act

    An Amendment Bill is currently being reviewed by the South African Parliament and introduces several modifications to the 2002 Mineral and Petroleum Resources Development Act. These changes, however, have been criticized as threatening the livelihood of foreign investments as they give the State an unprecedented level of authority in South Africa’s mining industry. The draft amended text will enable the Mineral Resources Minister to do the following:

    • cancel a mining license for failure to comply with the mining charter;
       
    • declare certain minerals, like coal, as “strategic” and thereby determine to whom and at what price these minerals may be sold;
       
    • limit exports of certain minerals; and
       
    • cap prices of certain minerals.

    In addition to this, the State will also receive a 20% stake in all new energy companies, with the possibility of purchasing an additional 30% at market rate.

    Although the government claims that these amendments are intended to alleviate South Africa’s 24.7% unemployment rate by regulating one of its growing industries more tightly, many critics fear that if adopted, these amendments will discourage investment, hurt business and create uncertainty in mineral prices.

    The Amendment Bill was proposed during the aftermath of South Africa’s cancellation of several bilateral investment treaties (“BITs”) with the European Union. The country had BITs with Belgium, Luxembourg, Spain, Netherlands and Germany and is currently seeking to replace these treaties with the draft Promotion and Protection of Investment Bill. While the BITs allow investors from these countries to seek conflict resolution for investment disputes before an international arbitral tribunal for compensation at full market value, this new proposed bill subjects them to domestic courts, arbitration and mediation through the South African Department of Trade and Industry.

    Investments made prior to the cancellation of the BITs will benefit from existing provisions during a 10-20 year transitional period. No such protection exists, however, for new investments.

    Afrique du Sud - Projet de modification conteste de la loi sur le developpement des ressources minieres et petrolieres

    Un projet d’amendement de la Loi sur le Développement des Ressources Minérales et Pétrolières de 2002 est en cours de discussion devant le Parlement Sud Africain. Les modifications apportées par ce texte ont fait l’objet de vives critiques car elles sont considérées comme portant atteinte à la pérennité des investissements étrangers. En effet, ils confèrent à l’Etat des pouvoirs qui n’avaient jamais été accordés dans l'industrie minière Sud Africaine. L’amendement proposé confère au Ministre des ressources minières les pouvoirs suivants :

    • annuler un permis d’exploitation minier pour non-respect de la charte minière ;
       
    • qualifier certains minéraux comme étant «stratégiques», tels que le charbon par exemple, et donc contrôler à qui et à quel prix ces minéraux peuvent être vendus ;
       
    • restreindre l’exportation de certains minéraux ; et
       
    • plafonner les prix de certains minéraux.

    En outre, l'Etat bénéficiera d’une participation de 20% dans toute nouvelle société opérant dans le secteur de l’énergie sans avoir à effectuer d’apport en fonds propres et aura la possibilité d’acquérir une participation supplémentaire de 30% au taux du marché.

    Bien que le Gouvernement affirme que ces modifications ont pour objectif de réduire le taux actuel du chômage, avoisinant 24,7% en Afrique du Sud, en instaurant une réglementation plus stricte d’un secteur en pleine croissance, de nombreux critiques avancent qu’une telle règlementation dissuaderait l'investissement, nuirait aux affaires et créerait de l'incertitude sur le prix des minéraux.

    Ces amendements ont été proposés à la suite de l'annulation de plusieurs traités bilatéraux d'investissement («TBIs») avec l'Union européenne, notamment la Belgique, le Luxembourg, l'Espagne, les Pays-Bas et l’Allemagne. L’Afrique du Sud souhaite remplacer ces TBIs par un Projet de loi sur la promotion et la protection des investissements. Si les TBIs permettaient aux investisseurs étrangers de recourir à l’arbitrage, le projet de loi soumet les litiges au juge national ou la médiation et l'arbitrage du Ministère sud-africain du Commerce et de l'Industrie.

    Les investissements antérieurs à l’annulation des TBIs bénéficient des dispositions préexistantes durant une période transitoire de 10 à 20 ans. Une telle protection n’existe pas, cependant, pour les nouveaux investissements .

    Cameroon - New implementing measures

    On 24 October 2013, the Minister of Finance of Cameroon signed an implementing decree regarding the law dated 18 April 2013 establishing incentives for private investment in Cameroon.

    This decree completes the enforcement measures recently adopted by the President of Cameroon:

    • Decree n°2013/296 amending and supplementing certain provisions of Decree n°2005/310 dated 1 September 2005 on the organisation and functioning of the Investment Promotion Agency (API) that enhances the operations of the API by giving it responsibility for major national and foreign investors;
       
    • Decree n°2013/297 amending and supplementing certain provisions of Decree No. 2005/310 dated 1 September 2005 on the organisation and functioning of the Agency for the promotion of small and medium-sized businesses, strengthening its operations;
       
    • Decree n°2013/298 on the establishment and organisation of the Monitoring Committee on the effectiveness of investment undertaken; and
       
    • Decree n°2013/299 on the organisation and functioning of the Monitoring Committee on the stability of incentives for private investment in Cameroon.

    This decree lists the tax and customs privileges granted to new companies on the one hand (more during the installation phase than during the operation phase), and existing businesses on the other.

    Additionally, tax and other specific incentives are granted to firms that invest in priority sectors (water, energy, agro-industry, agriculture, fishing and livestock, housing and social housing, manufacturing, tourism, leisure and crafts, heavy industry manufacturing of building materials and steel).

    The tax and customs benefits are not cumulative under this decree and may not be combined with those of:

    • conventional schemes;
       
    • mining code scheme;
       
    • oil code scheme;
       
    • gas code scheme;
       
    • public-private partnership contracts;
       
    • reinvestment plan of the General Tax Code ; and
       
    • economic regimes of the Customs Code, and any other specific scheme.

    Cameroun - Nouvelles incitations a l'investissement 

    Avec la contribution du Cabinet Ngassam Njike & Co., membre de l’Eversheds Africa Law Institute

    Le 24 octobre 2013, le Ministre des finances camerounais a signé un arrêté d’application de la loi du 18 avril 2013 en vue d’encourager les investissements privés au Cameroun.

    Cet arrêté complète les mesures d’exécution récemment adoptées par le Président du Cameroun :

    • le décret n°2013/296 modifiant et complétant certaines dispositions du décret n° 2005/310 du 1er septembre 2005 portant organisation et fonctionnement de l’Agence de Promotion des Investissements, qui renforce les missions de l’Agence en chargeant l’Agence de s’occuper des grands investisseurs nationaux et étrangers ;
       
    • le décret n°2013/297 modifiant et complétant certaines dispositions du décret n° 2005/310 du 1er septembre 2005 portant organisation et fonctionnement de l’Agence de promotion des Petites et Moyennes Entreprises, qui renforce ses missions ;
       
    • le décret n°2013/298 portant création et organisation du Comité de Contrôle de l’effectivité des investissements souscrits ; et
       
    • le décret n°2013/299 portant organisation et fonctionnement du Comité de Suivi de la Stabilité des incitations à l’investissement privé au Cameroun.

    Cet arrêté liste les avantages fiscaux et douaniers accordés, d’une part aux entreprises nouvellement créées (tant au cours de la phase d’installation que d’exploitation) et, d’autre part aux entreprises préexistantes.

    Elle comprend également des incitations fiscales accordées spécialement aux entreprises qui réalisent des investissements dans les secteurs considérés comme « prioritaires » (l’eau et l’énergie, l’agro-industrie, l’agriculture, la pêche et élevage, l’habitat et le logement social, les usines de production, le tourisme, les loisirs et l’artisanat, l’industrie lourde de fabrication de matériaux de construction et la sidérurgie).

    Les avantages fiscaux et douaniers attribués par cet arrêté ne sont pas cumulables avec ceux :

    • des régimes conventionnels ;
       
    • du régime du code minier ;
       
    • du régime du code pétrolier ;
       
    • du régime du code gazier ;
       
    • du régime des contrats de partenariat public-privé ;
       
    • du régime du réinvestissement du code général des impôts ; ou
       
    • des régimes économiques du code des douanes, et de tout autre régime particulier.

    For more information contact

    < Go back

    Print Friendly and PDF
    Subscribe to e-briefings