Global menu

Our global pages

Close

FRANCE: Multiannual Energy Plan for the next 10 years is almost in its final version

  • France
  • Energy and infrastructure - Clean energy

06-02-2019

Presented by the Government in November 2018, the draft Multiannual Energy Plan (PPE or Programmation pluriannuelle de l’énergie) was published in its entirety on 25 January 2019. This 368-page document will be annexed to the PPE decree and will therefore have regulatory value. It defines the main energy objectives and priority actions for the next 10 years. Before a new public consultation, targeted consultations are launched in several official bodies. The main objectives will probably not shift.

What is the Multiannual Energy Plan (PPE)?

The PPE is an energy policy steering tool created by the Energy Transition Law for Green Growth of 2015. It replaces and completes the former PPI (Multi-year Program of Production Investments). Developed since June 2017 with the participation of many stakeholders, the PPE has already been the subject of a public debate between March and June 2018. This new PPE succeeds the first one adopted in April 2016 and sets out the objectives for 2019-2023 and 2024-2028. It will be reviewed in 5 years, in 2023.

What are the objectives of the PPE?

The PPE aims to be carbon neutral by 2050. The objectives are in particular to reduce energy consumption, reduce the use of fossil fuels, diversify the energy mix, maintain a high level of security of supply, develop networks, storage and local production, improve employment and strengthen purchasing power.

Some numbers

The French Government aims to decrease energy consumption by 14% by 2028. Concerning the consumption of renewable heat, the objective is an increase of 25% by 2023 and between 40% and 60% by 2028 compared to 2016. Concerning renewable electricity, the objective for 2023 is to increase installed renewable electricity production capacity by 50% compared to 2017 (48 GW) and 100% by 2028. This includes 65,000 to 100,000 self-consuming photovoltaic sites.

Concerning the diversity of energy mix

The French Government decided to reduce to 50% the share of nuclear power in the electricity mix by 2035 (instead of 2025 as planned in the Energy transition law). It aims in the long term to replace natural gas and other fossil fuels by alternative solutions (biogas or synthesis gas such as hydrogen). Thus the program aims to give visibility to renewable gases, to consolidate the obligation to purchase biogas or to develop hydrogen.

Besides renewable heat, the PPE promotes the recovery of organic waste and bio-sourced fuels. Above all, the Government will undertake what it considers to be an "unprecedented" development of renewable electric energy. The two energies that the Government wishes to develop as a priority are solar energy (20.6 GW by 2023 and 35.6 to 44.5 GW by 2028, compared to 8 GW in 2018) and onshore wind energy (24.6 GW by 2023 and 34.1-35.6 GW by 2028, compared to 13 GW in 2018).

It should be noted that the PPE only anticipates a small volume for offshore wind energy in ten years (between 4,7 GW and 5,2 GW) and it organizes small and irregular number of tenders: none in 2021 and 2022 and from 2025 onwards a 500 MW capacity – offshore or floating, depending on the prices and the production potential.

A provisional tender schedule for the improvement of electrical renewable energies is also attached to the PPE. It plans for a bi-quarterly onshore wind and ground-based solar tendering, while tenders concerning solar energy structures on buildings will be issued in quarters 1, 2 and 3 of each year starting in 2019.

To achieve this objective of developing renewable energy, the Government is putting forward a number of possibilities. It wants to shorten the time frame of development by simplifying procedures. It will also support the development of participatory investment in projects by citizens and local authorities, prepare for large-scale recycling of end-of-life installations for new sectors and make it mandatory by 2023 to recycle the materials used in wind turbines once they are dismantled.

Finally, the Government wishes to develop collective self-consumption in the photovoltaic sector and for this purpose, it will clarify the framework applicable to the third-party investor model, in which the consumer does not own the installation but still benefits from production, in order to align it with the framework of individual self-consumption; increase to 1MW the maximum size of installations eligible for the self-consumption tenders and extend the grid from collective self-consumption to large development / eco-neighbourhood projects.

On the development of storage

The PPE holds that “the storage of electricity is the key to energy transition”. It aims to see large-scale storage develop and, to achieve this, various measures will be implemented by the Government. It is therefore planned to initiate, during the first PPE period, the steps to develop electricity pumping stations for a potential of 1.5 GW with the commissioning of installations between 2030 and 2035; to set up during the first PPE period the framework to generalize by 2028 the development of "virtual lines" using battery storage facilities in order to avoid network reinforcements and renewable energy shaving phenomena.

The Government also wishes to pursue R&D efforts aimed at developing competitive electricity storage solutions, which could allow, in the medium term, to continue to increase the share of renewable energies in the electricity mix. In this regard for example, a future investment program for demonstrators, a single inter-ministerial fund for collaborative research projects, support for research and development projects by the National Research Agency, an innovation competition for small structures, but also demonstrators of network services such as the Ringo project led by RTE (Electricity Transmission Network), are planned.

It is also anticipated to explore the possibilities of developing a French battery production supply chain and to provide an ambitious plan integrating all storage parameters by mid-2019.

Please see contact details for the team set out below.

FRANCE: la programmation énergétique pour les 10 prochaines années est presque finalisée

Présentée par gouvernement en novembre 2018, le projet de Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) a été publié dans son intégralité le 25 janvier 2019. Ce document de 368 pages sera annexé au décret PPE et aura donc une valeur réglementaire. Il définit les principaux objectifs énergétiques et les actions prioritaires pour les 10 prochaines années. Avant une nouvelle consultation du public, des consultations ciblées sont lancées au sein de plusieurs instances officielles. Les grandes lignes ne devraient pas évoluer.

La PPE, qu’est-ce que c’est ?

La PPE est un outil de pilotage de la politique énergétique créé par la loi de transition énergétique de 2015. Il remplace et complète l’ancienne PPI (Programmation Pluriannuelle des Investissements de production). Élaborée à partir de juin 2017 en associant de nombreux acteurs, la PPE a déjà fait l’objet d’un débat public entre mars et juin 2018. Cette nouvelle PPE succède à la première adoptée en avril 2016 et établit les objectifs pour 2019-2023 et 2024-2028. Elle sera revue dans 5 ans, en 2023.

Quels sont les objectifs de la PPE ?

La PPE vise la neutralité carbone en 2050. Les objectifs sont notamment de faire baisser la consommation d’énergie, de réduire l’usage des énergies fossiles, de diversifier le mix énergétique, de maintenir un haut-niveau de sécurité d’approvisionnement, de développer les réseaux, le stockage et la production locale, de développer l’emploi ou encore de renforcer le pouvoir d’achat.

Quelques chiffres

Le gouvernement français entend baisser la consommation d’énergie de 14% en 2028 par rapport à 2012. Concernant la consommation de chaleur renouvelable, l’objectif est une augmentation de 25% en 2023 et entre 40 et 60% en 2028 par rapport à 2016. Concernant l’électricité renouvelable, l’objectif 2023 est d’augmenter de 50% les capacités de production d’électricité renouvelables installées par rapport à 2017 (48 GW), puis 100% en 2028. Cela passe notamment par 65 000 à 100 000 sites photovoltaïques en autoconsommation.

Sur la diversification du mix énergétique

Le gouvernement a fixé pour objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans le mix électrique en 2035 (et non plus 2025 comme prévu dans la loi de transition énergétique), ce qui implique la fermeture de 14 réacteurs nucléaires. La PPE vise à long terme à remplacer le gaz naturel, énergie fossile, par des solutions alternatives (biogaz ou gaz de synthèse comme l’hydrogène). La programmation vise ainsi à donner de la visibilité aux gaz renouvelables, à consolider l’obligation d’achat du biogaz ou encore à développer l’hydrogène.

Outre la chaleur renouvelable, la PPE prévoit d’encourager la valorisation des déchets organiques ainsi que les carburants biosourcés. Surtout, le gouvernement va engager un développement qu’il considère comme « sans précédent » des énergies renouvelables électriques. Les deux énergies que le gouvernement souhaite développer en priorité sont le solaire (20,6 GW en 2023 et 35,6 à 44,5 GW en 2028, pour 8 GW en 2018) et l’éolien terrestre (24,6 GW en 2023 et 34,1-35,6 GW en 2028, pour 13 GW en 2018).

Il est à noter que la PPE ne prévoit que peu de volume pour l’éolien offshore dans dix ans (entre 4,7 GW et 5,2 GW) et qu’elle cadence avec parcimonie les appels d’offres : aucun en 2021 et 2022 et, à partir de 2025, un projet de 500 MW offshore ou flottant selon les prix et le gisement.

Un calendrier prévisionnel d’appel d’offres pour développer les EnR électriques est aussi joint à la PPE. Il prévoit un appel d’offres éolien terrestre et solaire au sol tous les deux trimestres tandis que les appels d’offres concernant le solaire sur bâtiment seront lancés les trimestres 1, 2 et 3 de chaque année à compter de 2019.

Pour parvenir à cet objectif de développement des énergies renouvelables, le gouvernement met en avant un certain nombre de pistes. Il souhaite raccourcir les délais de développement en simplifiant les procédures. Il va également soutenir le développement de l’investissement participatif dans les projets par les citoyens et les collectivités locales, préparer le recyclage à grande échelle des installations en fin de vie pour de nouvelles filières ou encore rendre obligatoire d’ici 2023 le recyclage des matériaux constitutifs des éoliennes lors de leur démantèlement.

Pour finir, le gouvernement souhaite développer l’autoconsommation collective dans le photovoltaïque et pour cela, il va clarifier le cadre applicable au modèle de tiers investisseur, dans lequel le consommateur n’est pas propriétaire de l’installation mais bénéficie quand même de la production, afin de l’aligner sur le cadre de l’autoconsommation individuelle ; porter à 1MW la taille maximale des installations éligibles à l’appel d’offres autoconsommation et élargir la maille de l’autoconsommation collective à des grands projets d’aménagement / éco-quartiers.

Sur le développement du stockage d’énergie

La PPE considère que « le stockage de l’électricité est une clé de la transition énergétique ». Elle souhaite voir se développer le stockage à grande échelle et, pour y parvenir, diverses mesures vont être mises en œuvre par le gouvernement. Il est ainsi prévu d’engager, au cours de la première période de la PPE les démarches permettant le développement des stations de pompage d’électricité pour un potentiel de 1,5 GW identifié en vue des mises en service des installations entre 2030 et 2035 ; de mettre en place au cours de la première période de la PPE le cadre permettant de généraliser d’ici à 2028 le développement de «lignes virtuelles» à l’aide d’installations de stockage par batterie afin d’éviter les renforcements de réseau et les phénomènes d’écrêtements des énergies renouvelables.

Le gouvernement souhaite également poursuivre les efforts de R&D visant à développer des solutions de stockage d’électricité compétitives, qui pourraient permettre, à moyen terme, la poursuite de l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix électrique. A ce titre, par exemple, sont prévus un programme d’investissements d’avenir pour les démonstrateurs, un fonds unique interministériel pour des projets de recherche collaboratif, le soutien de projets de recherche et développement par l’Agence Nationale de la Recherche, un concours d’innovation pour les petites structures, mais également des démonstrateurs de services au réseau tels que le projet Ringo porté par RTE.

Il est également prévu de rechercher les possibilités de développer une filière française de production de batteries et fournir un plan ambitieux intégrant tous les paramètres du stockage d’ici à mi-2019.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.

For more information contact

< Go back

Print Friendly and PDF
Subscribe to e-briefings